Alan Kushan

Articles

The Article By Richard Horowitz

Posted on April 7, 2010 at 9:40 PM

Alan Kushan is about tuning, very subtle tuning! Everything about him is in tune. He builds his beautifully crafted one-of-a-kind bass Santurs from the finest oriental wood and adds extra bass strings and resonators allowing him to create a new harmonic pallet capable of exploring what he calls "the origins of our questions".


Not satisfied with answers to his questions, he is seeking the fundamental human need to question with every stroke he makes, with every breath he takes.


He is in fact on a QUEST.


And of course he is seeking on macro- and microcosmic levels at one and the same time. The perfect chord found recently by scientists at the origin of the Big Bang (see Scientific American, February 2004) has found a perfect messenger, a perfect resonator.


When listening to Alan's music one instinctively feels the great forces of the Universe at work and the Necessity of Elemental Risk he faces as his creations explode from within him. He understands that it is only this extreme level of risk that will unlock the deepest emotions and questions.


Nonetheless he achieves an inspiring degree of compositional elegance more often than not. And it is not the superficial compositional "elegance" so popular these days created by endless variations of repeating arpeggios complacently pulsing away always so confident that they are the "music of the future"- our nice clean computerized, anaesthetized academic future.


The best examples are noted for their complexity and for the mathematical thought process of the composer. Arguably these well thought out usually flawless arpeggios dutifully written down on paper for musicians to read (musicians who will play them with glossy intonation and embouchures devoid of dissonance and character) may, at the highest level, "describe" or reflect some existing repetitive process in nature, but personally I am not interested in hearing the composer thinking when I listen to music.


I want to hear the music. What I hear in Alan's music is an understanding of the ancient reasons for making music in the first place. And yes, it is about effecting a change in frequency on a genetic level, and about healing. Most of the arpeggio music has little to do with nuance.


It is fast or slow, loud or soft, but it is not really expressive, it does not understand how to approach a note and how to say goodbye. The arpeggio notes have no intrinsic value, they are just foot-soldiers in the Composition.


Kushan understands that notes are TONES and some have sharp edges, some have frail tails. Some need to be caressed, hovered over like a bee pollinating a flower. Some notes are like a beautiful woman seen from a distance. If you don't approach in just the right way she won't speak to you. Sometimes the tones are his friends and sometimes his enemies. Sometimes he seduces them, sometimes they seduce him.


I visualize Alan playing in outer space at the farthest edge of the expanding universe. Tones are flying at him from light years ahead. Playing them is a matter of life and death. If he can just play them

all with perfect emotion they will all become one tone and he will have just one last stroke to play.


Of course it isn't fair to blame only the new redundant music. This subtle microtonal aspect of music (the tuning may be subtle but the effect can be shocking or profoundly moving) started to disappear in the West when the improvisational creativity required to travel from one note to the next became less important than playing three notes at the same time in harmony.


Kushan knows the secrets of quarter tone music. He knows that creating a quarter tone motif is like slipping a slippery thread through an infinitesimally small needle hole and that out the other side will come massive expression.


And yes, this recording is flawed : things could be neater, mixed better, presented cleaner, but fuck it ! What you hear is a deep personal truth recreating itself at every turn. With a deep listening the flaws only add to the dramatic tension as Kushan's galaxies spiral into one another. You hear a master musician and virtuoso willing to sacrifice virtuosity in favour of meaning.


You hear a man who has studied the most refined forms of Persian and Indian classical and vocal music, and who is still in touch with the ritual and shamanistic power that is at the origin of his talent. And he is lucid, utterly flexible and utterly taut : as taut as the strings on his santur. He is a martial artist with an acute awareness of every muscle group.


Seeing him play is of course a series of utterly captivating, utterly trance-inducing, utterly unutterable unutterables ! Think : the intensity and scope of Varese and John and Alice Coltrane and the grace of Satie and Ravel focussed into Raga and Dastgah. Are you starting to get the point ? Or do I need to go on ? How long is this review supposed to be anyhow?

                                                                       Richard Horowitz


Winter Solstice 2004


The following was written while listening to the CD, not before,

not after.


#1 The Karatesque deftness of Kushan's ultra-light mallets generate a relentless macrospiral that collides with the percussion as if it were the beginning of a cosmic battle with gravity itself, which in Kushan's ultra-fluid world is either the same as or the origin of memory (since gravity is now thought to act interdimensionally on the dissonance in the overtone structure to create matter, as it were, according to Jaron).


#2 The Santur is a spider web trapping an exotic bird made of microtonal wind : the tables devour the winds.


#3 The Santur is a billion-year-long humming bird feasting on the carcass of a black hole : the beat shifts and a ritual footless waltz turns on an axis of split-seconds.


#4 Darkness, dissonance, expectation : one of Kushan's most tight-roped moments ! Echoes of Zarathustra. The introduction leads down the path to a cave where dreams are stored. There is a throne made of vibrating unstruck strings ; on it sits Kushan's perfectly disembodied voice luring us to a circular hole at the top of the cave. We rise and converge with him into the night sky.


#5 Warmth, confidence, courage ! Mahour Alan is flying over his most precious memories.


#6 A dense nucleus of thought forms shape, shift in waves of melismas.


#7 Raga Todhi Kushan attacks shadows of overtones with mallets made of fire and tears. His voice glides over the buzzing of souls guiding them to the inner secret he has come to reveal.


#8 An old wooden boat arrives on a beach at night. A majestic fire dance and sacrifices are being performed.


#9 The dancers leave the beach and start running through a wide valley. Their eyes are stars shooting solar flares through the mountains. Faster and faster they run, unable to stop. There is no end.

                                                                            Richard Horowitz

______________________________________________________________________

______________________________________________/

French Version.

Quand on parle d'Alan Kushan, c'est de l'accord qu'on parle, un accord très subtil. Tout à propos de lui est accordé. Il façonne ses santurs, unique en leur genre et travaillés à la perfection, à partir du bois d'Orient le plus délicat, tout en ajoutant des cordes et des résonateurs de basse lui permettant de créer une palette harmonique neuve capable d'explorer ce qu'il appelle "les origines de nos questions".


N'étant pas satisfait des réponses à ses questions, à chaque coup de son instrument, à chaque souffle qu'il prend, il est à la recherche du besoin humain viscéral de tout mettre en cause. En vérité, il s'agit bel et bien d'une quête.


Et évidemment l'acte de chercher pour lui s'exécute aux niveaux à la fois macro- et microcosmiques. Le "parfait accord" à l'origine du Big Bang découvert tout dernièrement par les scientifiques (voir le Scientific American de février 2004) vient donc de trouver un messager idéal, un résonateur parfait.


En écoutant la musique d'Alan on ressent, tout à fait instinctivement, d'une part les grandes forces de l'univers qui s'agitent, d'autre part la nécessité de risque élémental à laquelle il fait face au fur et à mesure que ses créations explosent en provenance de son for intérieur.


Lui comprend bien que seul cet extrême niveau de risque est en mesure de déverrouiller les sentiments et les questions les plus profonds. Nonobstant cela il atteint le plus souvent un degré d'élégance compositionnelle qui suscite l'inspiration.


Cependant il ne s'agit pas là de cette "élégance" compositionnelle tellement en vogue de nos jours, créée à partir de variations sans cesse d'arpèges qui se répètent et qui palpitent d'un air suffisant, tout en prétendant avec confiance être "la musique de l'avenir" - notre avenir sympa et bien propre, informatisé, insensibilisé, et bien académique.


Les meilleurs exemples de ce phénomène sont notés tant en vertu de leur complexité qu'à travers le processus de pensée mathémathique du compositeur. Certes, on peut soutenir que ces arpèges bien conçus, d'habitude sans défaut, dûment écrits sur du papier pour que les musiciens puissent les lire (des musiciens qui les joueront d'une intonation luisante, accompagnée d'embouchures privées de dissonance et de caractère), pourront bien, au niveau le plus élevé, "décrire" ou miroiter quelque processus répétitif existant au sein de la nature, mais quant à moi, personnellement, il n'y a aucun intérêt à écouter le train de pensée du compositeur chaque fois que j'ai envie d'écouter la musique.


En effet, je veux entendre la musique. Ce que j'entends à travers la musique d'Alan, c'est une compréhension des raisons anciennes remontant dans le passé pour lesquelles on devrait faire de la musique en premier lieu. Et oui, il s'agit bel et bien d'effectuer un changement de fréquence à un niveau génétique, ainsi que de la guérison.


La plus grande partie de la musique d'arpège a très peu à faire avec la nuance. Elle est rapide ou lente, forte ou douce, mais elle n'est pas vraiment expressive, elle ne comprend pas comment on s'approche d'une note, ni comment on dit au revoir.


Les notes d'arpège n'ont aucune valeur intrinsèque, elles ne sont que des fantassins dans la Composition. Kushan a bien compris que les notes sont des TONS : parmi ces notes, quelques-unes ont des bords tranchants, d'autres des queues fragiles, alors que quelques-unes ont besoin d'être caressées, telle cette fleur au-dessus de laquelle voltige l'abeille pour la féconder en pollen.


Il y a des notes d'ailleurs qui ont l'air d'une belle femme vue de loin. Si vous ne vous approchez pas d'elle juste comme il faut, elle ne vous parlera pas.


Tantôt arrive-t-il que les tons sont des amis à lui, tantôt des ennemis. Tantôt il les séduit, tantôt eux le séduisent. Je m'imagine Alan qui joue de son instrument dans l'espace cosmique aux confins les plus éloignés de l'univers en expansion.


Des tons volent vers lui, venant d'années-lumière en avant. Les jouer, c'est une question de vie ou de mort. Si seulement il peut les jouer tous d'une émotion parfaite, ceux-ci se transformeront en un seul ton, et lui, il n'aura alors qu'un seul dernier coup à jouer.


Bien sûr, ce ne serait pas juste de blâmer uniquement la nouvelle musique redondante. Cet aspect subtil microtonal de la musique (l'accord peut être bien subtil, mais l'effet en peut être choquant, voire profondément émouvant) avait commencé à disparaître en Occident lorsque la créativité improvisationnelle exigée pour voyager d'une note à l'autre est devenue moins importante que le fait de jouer de trois notes à la fois et en harmonie. Kushan connaît les secrets de la musique à la noire.


Il sait que le fait de créer un motif à la noire ressemble à l'acte de faire passer un fil glissant par un trou d'aiguille infiniment petit : de l'autre côté s'élance l'expression massive.


Et oui, cet enregistrement a ses défauts : les choses pourraient être plus ingénieuses, le mixage plus à point, le tout aurait pu être mieux présenté, mais merde ! Ce qu'on entend, c'est une vérité personnelle profonde qui ne cesse pas de se recréer à tout instant. En écoutant de très près on constate que les défauts ne font qu'ajouter à la tension dramatique pendant que les galaxies de Kushan tournent en spirale l'une dans l'autre.


Vous entendez un maître-musicien et virtuose qui a la volonté d'immoler la virtuosité à l'autel du sens. Vous entendez un homme qui a étudié les formes les plus raffinées de la musique classique et vocale persane et indienne, et qui est toujours au courant quant au pouvoir ritualiste et shamaniste dont puise son talent.


Et il est lucide, totalement malléable et totalement tendu : aussi tendu que les cordes sur son santur. C'est un adepte des arts martiaux possédant une conscience aiguë de chaque groupement musculaire.


Il va de soi qu'en le voyant jouer on témoigne d'une série d'expressions totalement inouiës, complètement captivantes, ce qui vous fait tomber en transe ! Figurez-vous : l'intensité et la portée de Varese et de John et Alice Coltrane et la grâce de Satie et de Ravel concentrées en Raga et Dastgah. Avez-vous commencé à saisir ce qu'on vient de dire là ? Ou est-ce qu'il faut que je continue ? D'ailleurs, de quelle longueur ce compte rendu est-il censé être?

                                                                Richard Horowitz

solstice d'hiver 2004

Ce qui suit avait été écrit en même temps qu'on écoutait le CD, pas avant, pas après.


#1 La dextérité karatesque des maillets ultralégers enfantent une macrospirale impitoyable se heurtant contre la percussion comme s'il s'agissait d'une bataille cosmique avec la gravité elle-même, ce qui, dans le monde ultrafluide de Kushan, équivaut à la mémoire, ou bien constitue l'origine de la mémoire (puisque la gravité est à l'heure actuelle considérée comme agissant de manière interdimensionnelle sur la dissonance au sein de la structure de l'harmonique pour créer de la matière, pour ainsi dire, selon Jaron).


#2 Le santur est une toile d'araignée qui prend au piège un oiseau exotique fait de vent microtonal : les tables dévorent les vents ;


#3 Le santur est un colibri, long d'un milliard d'années, qui se régale du cadavre d'un trou noir : le temps se déplace et le rite du waltz sans pieds se tourne sur un axe de secondes ultra-rapides.


#4 Les ténèbres, la dissonance, l'attente : l'un des moments les plus excitants, les plus frénétiques, à la Kushan. Des échos de Zarathoustra. L'introduction mène le long d'un sentier à une caverne où s'emmagasinent les rêves. Il y a un trône confectionné de cordes vibrantes non frappées ; là-dessus est assise la voix parfaitement désincarnée qui nous séduit vers un trou circulaire en haut de la caverne. Nous montons et convergeons avec lui dans le ciel de nuit.


#5 La chaleur, la confiance, le courage ! Mahour Alan survole ses mémoires les plus précieuses.


#6 Un noyau épais de formes de pensée se développent, se déplacent en vagues de syllabes mélodiques.


#7 Raga Todhi Kushan s'attaque aux ombres des harmoniques au moyen de maillets faits de feu et de larmes. Sa voix avance en glissant au-dessus du bourdonnement d'âmes, les guidant vers le secret interne qu'il lui est arrivé de révéler.


#8 Une vieille barque en bois arrive sur une plage à la nuit. On est train d'exécuter une danse à feu majestique ainsi que des sacrifices.


#9 Les danseurs quittent la plage et se mettent à traverser une large vallée en courant. Leurs yeux sont des étoiles tirant des facules solaires à travers les montagnes. Ils courent de vitesse en vitesse, incapables de s'arrêter.

Ça ne cesse point.

                                                                 Richard Horowitz


 


Categories: New Season In Music


Comments are disabled.

Recent Videos

2301 views - 0 comments
2241 views - 0 comments
2571 views - 0 comments
4611 views - 1 comment

A man for no time.